Fais pas genre ! Stéréotypes de genre: notre école est-elle le reflet de la société?

Auteur:
Marie-Aude
Calvagna
- Publication: 03/09/2021 - Mise à jour: 16/09/2021 - Vues:
égalité des sexes à l'école

Dans le cadre des cours de Religion catholique et d’Art d’expression, les élèves ont fait émerger une réflexion au sein de l’école sur les questions de stéréotypes de genre. La première phase d’analyse les a conduit vers une réappropriation de ces questions pour devenir des acteurs de sensibilisation. Dans un second temps, les 4e ont passé au peigne fin leur école et notamment leurs manuels scolaires en y évacuant les stéréotypes et ont réalisé des flyers de sensibilisation. Les 5e ont réalisé des saynètes vidéos et les 6e ont mis en scène un projet de théâtre action.

Présentation
Type d’enseignement
Ordinaire
Niveau d’enseignement
Secondaire
Section pour l’enseignement secondaire
General
Classe(s) concernée(s)
4e GT/TT, 5e et 6e Art d'expression
Nom et adresse de l’institution où l’activité a été réalisée
Institut du Sacré-Coeur: rue Saint-Jean 2, 1400 Nivelles
Compétences visées

A la fin du projet, les élèves ont appris à détecter des publicités sur Youtube, à analyser des représentations imagées vidéos et papiers, à faire une analyse sociologique des discriminations de genre, à réaliser un flyer, à réaliser une vidéo de sensibilisation, à mettre sur pied une pièce de théâtre action.

Déroulement de l’activité

Initialement, nous avions prévu plus d’échanges entre les différentes classes afin qu’elles puissent enrichir l’une l’autre leurs réflexions. Nous avions également prévu que les portes ouvertes soient l’occasion de présenter les résultats plus largement et d’ouvrir le débat avec l’ensemble de la communauté éducative et des parents. Le coronavirus nous a beaucoup freiné et nous a interdit de réunir des élèves de bulles classes différentes et de rassembler de grands groupes avec des personnes extérieures à l’école.

Dans le cadre du cours de religion catholique 4e (2h/sem.):

Novembre/décembre: acquisition au préalable des concepts de stéréotypes, préjugés, discrimination, interculturalité, multiculturalité, assimilation dans le cadre d’un autre chapitre sur les relations interculturelles.

Janvier: introduction du projet :

Etape 1: Semaine 1: mise à plat de leurs représentations

Etape 2: Semaine 2 à 6: Représentations et fonctions des hommes et des femmes au sein de la société, y compris au sein de l’Eglise catholique Semaine 4: stéréotypes de genre au sein des publicités youtube (+ apprendre à détecter les publicités)

Etape 3: Semaine 7 : Réflexion sur la place occupée par les filles et les garçons à l’école physiquement et dans la prise de parole

Etape 4: Semaine 8 à 10 : en se basant sur les résultats d'études sociologiques, analyse de l’école à l’aide de formulaires Google et des tablettes de l’école (manuels scolaires, occupation de l’espace dans la cour de récré, prise de parole en classe)

Etape 5: Semaine 11 et 12 : réalisation du rapport d’analyse (rédaction du flyer de sensibilisation et réalisation de stories sur flipgrid)

Etape 6: Semaine 13: présentation des résultats aux 5e et 6e

Etape 7: Semaine 14 : diffusion au sein de l’école

Dans le cadre du cours d’art d’expression les 5e et 6e (2h/sem.):

octobre : introduction (3 semaines) : travail d’analyse de leurs propres représentations des deux genres. Ont-ils eux-mêmes déjà eu à faire à des comportements sexistes, mises en scène de ceux-ci. Analyse de plusieurs publicités genrées, décryptage des stéréotypes de genre véhiculés par la société de consommation (féminité/masculinité-virilité).

novembre/décembre : apprentissage et évaluation (5 semaines): tableau des conséquences sociales des discriminations de genre, en termes d’inégalités : dans la sphère privée (l’intimité, la famille) et dans la sphère publique (le travail, l’espace publique, les sports, la santé, la culture).

janvier : apprentissage (1 semaine): remobilisation des acquis via l’analyse des nouveaux médias/réseaux sociaux: les stéréotypes de genre sont-ils également présents sur les réseaux sociaux? sous quelles formes? Selon quelles proportions? quelles en sont les conséquences?

Février : apprentissage (1 semaine) : En s’aidant de certains écrits féministes, ils répondront à la question “comment agir au quotidien pour faire évoluer notre société vers plus d’égalité et la réappropriation par chacun de son rapport au genre.” Mise en scène des réflexions.

(Arrivés à mi-parcours juste après les vacances de carnaval : les élèves de 4e, 5e et 6e mettront en commun tous leurs travaux de recherches.)

Planning de la réalisation du film (5e) :

Janvier : Préproduction (3semaines) : définition de l’idée et des objectifs du film. demi-journée avec Marc Malcourant du Centre AudioVisuel Liège Asbl écriture du scénario avec travail de mise en scène en parallèle.

Février : Préproduction (3 semaines) : rédaction du storyboard + repérage dans les lieux du tournage. Production : distribution des rôles, préparation du tournage, organisation du matériel

Mars : Production (4 semaines) : tournage. demi-journée avec Marc Malcourant (CAV) pour se familiariser avec le matériel et la prise de vue. tournage dans les différents lieux.

Avril-Mai : Postproduction (4 semaines) : demi-journée avec Marc Malcourant (CAV) pour se familiariser au montage vidéo et son ai : diffusion : Présentation aux Portes ouvertes de l’institut, organisation de plusieurs ciné-débats dans l’école + évaluation du projet

Planning du projet de Théâtre action des rhétos

janvier : laboratoire, recherche de scènes intéressantes dans une optique de théâtre action dans l’école. Choix des lieux, organisation matériel

février : élaboration de la phase sensibilisation et débat, distribution des rôles pour ceux qui vont filmer les scènes et les débats

mars : réalisation des scènes et débats en contexte

avril : évaluation de la journée de sensibilisation. montage vidéo du projet

mai : présentation des scènes et du film de “l’action en contexte” à la journée Portes ouvertes de l’institut.

Dispositif didactique et matériel
 
Locaux:

4e: nous avons exploité la classe pour permettre des échanges avec l’ensemble du groupe classe, mais aussi l’analyse des manuels scolaires en petits groupes à l'aide de leur support de cours, de Google forms et des tablettes de l'école. De manière autonome, les élèves ont réalisé l’analyse de la cour de récréation et de la prise de parole en classe durant les cours des professeurs qui ont accepté de participer au projet, en se basant sur le questionnaire d’analyse préalablement réalisé.

5e: préparation dans le local art d’expression

6e: Le Théâtre action a été réalisé dans le réfectoire. Les élèves sont passés dans les classes des plus jeunes pour leur activité de sensibilisation.

Le temps:

Les activités se sont déroulées pour les 4e à raison de 2h/semaine du mois de janvier aux vacances de Pâques, pour les 5e et 6e, elles ont eu lieu à raison de 4h/semaine de la Toussaint jusqu'à la fin de l’année.

Notes

Hors mesures covid, il est intéressant d'inclure dans le projet toute la communauté de l'école: éducateurs, parents, autres professeurs, direction...

4e: les aspects à analyser sous l'angle des stéréotypes de genre dans une école sont multiples. Nous en avons retenu trois, mais d'autres ont été soulevés par les élèves. Il est possible de questionner le règlement de l'école, les relations entre acteurs de l'école, la (non-)mixité dans les différentes options, les attentes du cours d'éducation physique vis-à-vis des filles et des garçons, les infrastructures scolaires (notamment les toilettes) pour les filles et pour les garçons.

Une autre question cruciale est apparue rapidement: le projet donnait une approche binaire de la question (celle que l'école donne aussi). Mais qu'en est-il de la place donnée aux élèves transgenres au sein de l'école?

5e: L'alternance distanciel/présentiel a compliqué la réalisation des vidéos et amoindri la motivation des élèves.

6e: Le thème du projet a été un sujet sensible pour certaines élèves ayant vécu des violences.

 

La place de l’éducation aux médias
 
Qu’est-ce qui fait que notre projet s’inscrit dans le cadre de l’éducation aux médias ?

L’objectif est de rendre les élèves autonomes et critiques lorsqu’ils sont en contact avec des stéréotypes de genre. Ils pourront prendre la distance nécessaire dans leur expérience médiatique, mais aussi devenir actif en recréant les médias analysés en évacuant les stéréotypes. Les élèves sont donc amenés à améliorer leurs compétences de lecture et d’écriture des médias.

Quel(s) média(s) ont été intégré(s), utilisé(s), créé(s) dans le projet ?

Youtube, publicités genrées, réseaux sociaux (Facebook, Instagram), manuels scolaires, flyer de sensibilisation, film de sensibilisation, théâtre action

Quelles compétences en éducation aux médias avons-nous développées ?

- Compétences informationnelles et sociales en lecture médiatique: analyser le contenu des médias et les systèmes de représentations qu’ils utilisent, tout en tenant compte du contexte de production institutionnelle de ces médias, les intentions de leurs concepteurs et des stéréotypes culturels qu’ils renforcent.
- Compétences informationnelles en écriture: apprendre à maîtriser les langages et les genres que les médias choisis utilisent.
- Navigation médiatique avec pour objectif d’explorer les médias choisis par le professeur suivant les critères de recherches définis à l’avance.
- Organisation médiatique: l’élève répartira les médias en catégories en fonction de leur genre, du public visé, du langage mobilisé (exemple: déterminer sur Youtube s’il s’agit d’une publicité ou non).

- Les 5 et 6 ont également exploité les compétences techniques et sociales en écriture en apprenant à maîtriser les opérations techniques que les productions médiatiques impliquent (logiciel d’édition vidéo par exemple) tout en découvrant les relations interpersonnelles que ces productions impliquent différents rôles pour produire une vidéo par exemple).

 

Vous retrouvez via ce document pdf le rapport final rédigé par les élèves de 4e reprenant les conclusions qu'ils ont voulu mettre en évidence après l'analyse de notre école.

Un piano a joué ses premières notes, suivi au compte-gouttes, de choristes. C’est en chanson, mais aussi avec une lettre, que les rhétos ont décidé d’encourager nos plus jeunes à « apprendre à vivre au milieu des différences » et à « être la meilleure version d’eux-mêmes ».

Image
piano

Les élèves de 6e d'Arts d'expression ont réalisé des étiquettes qu’ils·elles ont collé un peu partout dans le réfectoire. Les élèves ont donc été surpris de découvrir ces phrases lors de leur habituel temps de midi.

Image
affiche

Dans l’après-midi, suite à ce théâtre action, les élèves ont réalisé une animation « jeu de rôle » pour encourager les jeunes à être des « témoins agissants » contre toutes formes de harcèlement.

Image
animation

Les élèves de 5e en pleine réalisation de leur film.

Image
film