Dans le cadre de leurs pratiques, de nombreux enseignants, éducateurs, formateurs réalisent des ateliers, activités, fiches pédagogiques ou encore des productions médiatiques (vidéos, radios) avec leurs publics. C'est l'occasion d'explorer ce qui se déroule sur le terrain en terme d'éducation aux médias.

Un recueil d'activités

Rôle éducatif

Éduquer aux médias est un travail permanent tout au long de la scolarité mais aussi tout au long de la vie. Chaque jour, nous sommes confrontés à une multitude de médias, nous vivons avec eux et il est utile d’en prendre conscience. Les rôles éducatifs de l’école, des parents et du milieu associatif se complètent dès lors pour favoriser l’acquisition d’un esprit critique.

Activité d'éducation aux médias

Les activités proposées ci-dessous, pour la plupart sélectionnées dans le cadre de l'Appel à projets du CSEM ont été réalisées sur le terrain. Les équipes qui ont fait le choix de partager leur expérience espère ainsi favoriser de telles pratiques dans les écoles, les milieux associatifs voire à la maison. Certaines de ces propositions illustrent des projets menés sur une partie ou toute une année scolaire. Ces fiches constituent des modèles du potentiel de l'éducation aux médias dans la mise en œuvre d'activités pratiques. Ces activités peuvent être menées telles quelles mais seront sans aucun doute sources d'inspiration, chaque enseignant, éducateur, parent les adaptera selon ses propres attendus.

Sous les onglets, chacun trouvera des descriptifs et des méthodes permettant d'aborder l'éducation aux médias sereinement.

Éduquer aux médias

A l'école, à la maison, dans les associations...

Basée sur des savoirs, savoir-être et savoir-faire, l’éducation aux médias s’inscrit de plein pied dans l’esprit et les principes de l’école.  Elle fait appel à l’interdisciplinarité et propose des activités globales dans lesquelles différentes compétences sont en jeu. En intégrant les médias dans la classe, l’école apporte une réponse aux intérêts des jeunes et renforce la prise en compte par l’école du contexte culturel et social.

Abordable

Vous désirez vous lancer dans des projets d’éducation aux médias mais vous craignez que cela nécessite des moyens techniques et financiers importants ? Rassurez-vous, il n’en est rien. On peut mener de très bons projets d’éducation aux médias sur base de matériel de la vie de tous les jours : les quelques journaux que l’on a eu soin de garder après lecture, de trois ou quatre revues,  des archives ou extraits vidéos retrouvés en ligne sur les sites d’information ou sur les plateformes de partage de vidéos, ou encore  grâce aux ordinateurs mis à disposition à l’école ou dans les communes (espaces publics numériques).
 
Ce qui importe en éducation aux médias c’est de bien fixer les objectifs que l’on veut atteindre et surtout de savoir exactement où on  veut mener les jeunes que l’on désire initier et de procéder régulièrement à une évaluation des expériences menées en y adaptant les choix technologiques nécessaires.

La technique à portée de main

L’éducation aux médias relève d’abord d’une bonne dose d’imagination et de créativité.  Certes, l’apport de matériel informatique et audiovisuel plus perfectionné permettra d’envisager des activités plus élaborées comme, par exemple, la création de spots vidéo, la création d’une webradio pour enfants, la réalisation d’un jeu vidéo ou d’un petit journal.  Mais la généralisation des ordinateurs, l’essor des téléphones portables avec appareil photo ou caméra (Smartphones) et la démocratisation de logiciels facilitent d’autant plus aujourd’hui les productions médiatiques dans le cadre d’activités d’éducation aux médias.
 
Ces facilités technologiques ne doivent toutefois pas nous faire oublier que c’est au départ des choses simples que l’on initiera notre public à l’éducation aux médias et que l’on aiguisera son sens critique.

Des méthodes

Il n’y a pas de recettes miracles ou de programmes bien ficelés pour éduquer aux médias. Pour autant, il y a des attitudes et des démarches qui sont règles d’or pour la réussite de la mission :

  • La curiosité comme attitude ouverte et attentive à l’environnement qui nous entoure est le point de départ de notre relation aux médias, et par conséquent de l’intérêt de l’éducation aux médias.  Le désir de mieux comprendre les pratiques médiatiques actuelles et sans cesse mouvantes nous apporte des interrogations fécondes pour l’éveil de notre sens critique.
  • Le débat : dès qu’il est question de médias, il est question de points de vue.  La mise en débat de ceux-ci favorise la création d’un échange constructif dans lequel il sera plus aisé pour chacun de se situer et d’aiguiser son sens critique.
  • L’expérience médiatique de chacun, qu’on soit adulte ou jeune, animateur ou animé, est au cœur de l’éducation aux médias : les émotions suscitées par l’actualité, les pratiques autodidactes, les situations vécues participent de notre relation aux médias.  A nous de décider où les intégrer : en point de départ, en motivation, au sein du débat, comme témoignage.  L’important est de ne pas les nier dans le processus.
  •  «Lâcher prise » : s’il y a bien un domaine dans lequel il est rare de pouvoir tout contrôler, c’est celui des pratiques médiatiques.   Le « lâcher prise » doublé de la confiance participera à la réussite des principes éducatifs à l’égard des enfants et des élèves. L’objectif étant l’autonomie responsable.
  • L’opportunité : c’est peut-être dans le cadre du rythme scolaire ou d’activités régulières que vous serez tentés de mettre en place les différentes activités d’éducation aux médias. Pourtant, tout d’un coup, une question d’un enfant ou d’un jeune surgit sans crier gare « Pourquoi à la télé hier soir, on a vu des gens morts dans un bus ? ».  Les émotions et les questions suscitées par l’actualité (médiatique ou personnelle) de chacun ne sont pas programmées dans l’agenda et deviennent des occasions de développer de nouvelles initiatives pédagogiques. Ces imprévus sont également autant d’opportunités à une éducation aux médias dans les familles ou les associations de jeunesse.
  • La créativité couronnera votre initiative d’éducation aux médias.  Beaucoup d’éducateurs aux médias relèvent l’importance de la production médiatique par les jeunes eux-mêmes (ou moins jeunes). Quoi de plus intéressant que de faire un journal télévisé en groupe pour en comprendre les mécanismes ?

Mélange de savoirs, savoir-faire et savoir-être, l’éducation aux médias met en jeu des connaissances liées à des pratiques, dans le but de l’appropriation par le jeune ou l’adulte afin d’atteindre les objectifs d’autonomie et de développement de l’esprit critique.

Éduquer à l’audiovisuel

Média populaire

La vidéo est le plus populaire des médias. A la télévision, sur internet, dans les magasins ou encore lors de conférences, elle occupe une place prépondérante dans la vie quotidienne. L’éducation à l’audiovisuel est donc indispensable pour en comprendre les codes et devenir des citoyens critiques et responsables.

Formats divers

Le média audiovisuel englobe un large panel de formats et de messages. Parmi eux, on trouve les vidéos d’information (journal parlé, reportage, interview, plateau, direct, etc.), de communication (promotion, publicité, visite…), de fiction (cinéma – blogbuster/superproduction –, cinéma d’auteurs, court-métrage, documentaire, bande-annonce, etc.) ou encore hors catégorie (clip, mini-vidéo sur les réseaux sociaux…).

Éduquer au média

Trois étapes sont envisagées pour mieux comprendre les médias audiovisuels : observation, analyse et création.

  • L’apprentissage passe tout d’abord par la découverte de ce qui existe dans le paysage audiovisuel. Cela consiste à examiner les différences et les ressemblances entre les objets.
  • L’analyse consiste à décoder le document en tant que tel : le message (sens, destinataire, auteur, contexte), le format (durée, support, équilibre son/image, travail de montage, effets spéciaux…) et l’approche globale (intérêt des acteurs, lieu de diffusion, modèle économique, histoire, approche sociologique)
  • La création médiatique propose de devenir producteur, autrement dit, de créer une vidéo, proche de celles étudiées auparavant. La démarche créative reprend la préparation du message (sens, public...), la prise d’image et de son (cadrage, plan, lumière…), le montage (mise en place des séquences, ajout de musique…) et la diffusion.

Transversal et interdisciplinaire

De manière plus large, l’éducation à l’audiovisuel développe d’autres compétences. Dans le domaine scolaire, elle permet d’apprendre à construire une histoire, à décoder une image, comprendre un contexte… De même, dans l’idée personnelle et interpersonnelle, elle présente une manière de prendre confiance en soi, de travailler en groupe, de partager son idée ou développer sa créativité.

L’apprentissage à l’audiovisuel institue à l’individu une manière d’être au sein de la société. Il apprend ainsi à mieux comprendre ce qui l’entoure en prenant le recul nécessaire et à produire des créations médiatiques en les orientant de manière consciente vers ce à quoi il aspire. Cet apprentissage représente un enjeu indispensable pour participer pleinement à la démocratie.

Éduquer à l’audio et au son

Entourés de sons

Ecouter la radio, animer la foule avec de la musique, danser sur la dernière chanson à la mode ou encore apprécier la dernière bande-son de son film préféré… l’audio occupe notre quotidien. Malgré une attitude sociale tournée davantage vers l’image, l’oreille du citoyen est sans cesse sollicitée.
L’éducation à l’audio permet de mieux cerner les codes afin de prendre du recul et d’agir de manière plus responsable.

Formats divers

L’audio se présente sous différentes formes. On perçoit ainsi des médias d’information (journal parlé, billet monté, interview, reportage, documentaire…), de fiction (fiction sonore, lecture, dialogue…), de musique (morceau – instrumental, voix, électronique –, mixage…), de promotion (visite guidée, publicité, propagande…) ou de créations diverses (éveil au son – jeu de devinette, jeu de création sonore –, bande sonore de film... ).

Éduquer au média

Sous la démarche éducative, le son se découvre à travers l’écoute, l’analyse et la production.

  • Prendre le temps de réfléchir à ce que nous percevons au quotidien constitue la première étape : dans notre entourage, à la radio, durant les activités…
  • Analyser le son : message (sens, destinataire, auteur, contexte), le format (durée, support, travail de montage, effets spéciaux…) et l’approche globale (intérêt des acteurs, lieu de diffusion, modèle économique, histoire, approche sociologique)
  • Produire un objet sonore. La démarche créative reprend la préparation du message (sens, public...), la prise de son (distance, écho, bruit de fond…), le montage (mise en place des sons, ajout de musique…) et la diffusion.

Transversal et interdisciplinaire

Au-delà de l’apprentissage direct lié aux médias, d’autres compétences sont également sollicitées : comprendre un objet médiatique dans un contexte économique, historique et sociale, construire une histoire, analyser une information, etc. A cela, s’ajoutent également le développement personnel et l’aptitude sociale comme savoir s’exprimer, prendre sa place dans un groupe, construire un projet collectif.

L’éducation à l’audio et au son de manière plus générale permet de prendre conscience de l’univers sonore qui nous entoure et de créer soi-même sa création médiatique de manière critique. Cet apprentissage rend l’apprenant plus autonome et responsable par la réflexion autour de la construction sonore. Il constitue un enjeu important dans la démocratie afin que chacun prenne sa place de citoyen en pleine connaissance de cause.

Autres activités et réalisations médiatiques

Participation active

Prendre part à une activité d’éducation aux médias, c’est avant tout, pour les élèves, une façon de participer activement à un projet pédagogique et motivant.
Par leur côté attrayant, les médias subjuguent, fascinent et intriguent les jeunes.  Submergés par l’abondance de messages médiatiques, il est plus qu’utile de leur apprendre à les manipuler, à les décrypter, à prendre du recul.

Soutien de disciplines scolaires

S’approprier un média dans le cadre d’un cours, d’une activité, d’un weekend c’est ajouter une vraie plus-value à un proposition, disons-le, plus traditionnelle.

Créer une rédaction d’un journal en ligne, prendre part à un shooting photo dans le cadre d’une campagne de pub, scénariser un roman-photo, mettre sous presse le journal de l’école : autant d’activités attrayantes qui motivent les jeunes, qui permettent une adhésion forte au projet et une entrée facilitée dans certaines disciplines scolaires.

C'est compliqué ?

Bon nombre de projets d’éducation aux médias sont en outre facilement réalisables en classe, quel que soit le niveau, la filière, l’âge des enfants. Ils demandent peu ou pas de moyens financiers, d’outils technologiques ou de connaissances techniques.
Rédiger un « journal d’école » (format papier), analyser une campagne de publicité (documents à chercher dans les magasines…), réaliser un court-métrage avec les élèves, créer un ciné-club et analyser certains aspects cinématographiques d’un corpus de film…
Ces activités et bien d’autres sont faciles d’accès, même pour les « non-initiés ». Pour ceux-là, il existe des formations qui leur permettent de rapidement se mettre à la page des dernières possibilités techniques.

Des ressources

Le caractère accessible des projets d’éducation aux médias s’explique aussi par la volonté d’institutions d’aider les enseignants à se lancer dans des projets d’éducation aux médias (entre autres les appels à projet du CSEM, les opérations Ouvrir Mon Quotidien, Journaliste en Classe, le prix des lycéens du Cinéma, Journalistes en herbe, Ecran large sur tableau noir, etc…)

Quelle richesse

Ces projets enrichissent grandement les élèves qui les vivent et les professeurs qui les mènent. Ils impliquent souvent un travail de groupe (conférence de rédaction d’un journal, travail des créatifs autour d’une publicité, travail des acteurs et des techniciens dans une fiction…) qui favorisent les liens dans le groupe classe.

Des compétences cachées

Ces activités permettent aussi de valoriser des compétences peu travaillées dans le cadre scolaire traditionnel et donc de remettre à l’honneur l’estime de soi (souvent malmenée par l’échec disciplinaire) : le jeu de l’acteur, le dessin du graphiste, l’humour et la bonne plume du publicitaire, le regard acéré du photographe, l’œil perçant du critique de film, l’imagination de l’auteur de bd. Autant de compétences qui permettent aux jeunes de s’exprimer et de montrer une autre facette de leur personnalité.

Des compétences citoyennes

Enfin, les activités d’éducation aux médias aident à développer de nombreuses compétences (liées au « savoir-être » des élèves).
Après avoir conceptualisé une campagne de publicité, les jeunes seront plus à même de décrypter les stratégies publicitaires mises en œuvre par les agences. En ayant pris part au comité de rédaction d’un journal en ligne, les élèves comprendront mieux le chemin parcouru par une information, de sa source jusqu’à sa publication, et constitueront donc un public plus averti, mieux conscientisé à la nécessité de rester critique face aux informations véhiculées par les médias.

En devenant producteur, en analysant certains phénomènes médiatiques, les jeunes prennent du recul, aiguisent leur esprit critique et s’interrogent. Plus que l’acquisition d’une somme de savoirs, ces projets permettent aux jeunes de développer leur citoyenneté.

Parcourir les expériences de terrain selon les filtres