La fin de la publicité? Tours et contours de la dépublicitarisation

La fin de la publicité? Tours et contours de la dépublicitarisation
Valérie Patrin-Leclère, Caroline Marti de Montety, Karine Bertholet-Guiet, Le Bord de l’Eau, 2014, 247 p. (20€)

Le point d’interrogation a toute son importance… Car si les auteures parlent de « dépublicitarisation », elles font allusion aux formes « classiques » de la publicité, qui préfère aujourd’hui emprunter d’autres voies pour convaincre le consommateur, car de tout temps, les médias ont développé une véritable culture rhizomatique : c’est vrai pour le cinéma, la BD, la presse qui ne cessent de multiplier leurs déclinaisons et d’affirmer leur vision extensive. Il en est ainsi de la publicité qui s’éloigne de ses marqueurs traditionnels en investissant d’autres formes et surtout en créant un maximum de confusion. Cette confusion s’installe notamment dans le publi-rédactionnel et dans toutes ses extensions possibles. C’est bien de toute une requalification de la communication de marque qu’il s’agit, d’un brouillage énonciatif des discours produits. La marque joue aussi le jeu d’une « mise en culture » qui légitime ainsi son entrée dans la vie sociale.